L’allée couverte de Mélus

L'allée couverte de MélusNotre commune possède le seul monument mégalithique d’importance du Goëlo. Il fut construit par nos tout premiers éleveurs – agriculteurs au lieu-dit “L’issue” dominant Loguivy-de-la-Mer et l’estuaire du Trieux. Au début du siècle dernier, rien n’attira l’attention si ce n’est une petite parcelle encombrée de grosses pierres enfouies dans une épaisse broussaille et isolée au milieu des cultures.

Découverte

Dans l’entre-deux guerres, le professeur FOURNIER fit l’acquisition de l’ancienne maison à deux pas de Mélus du célèbre peintre Henri RIVIERE, homme très cultivé, ce scientifique de formation fut très vite attiré par le caractère insolite de cette parcelle inculte entourée de terres en culture. Il entreprit de la défricher et se rendit rapidement à l’évidence : une véritable structure mégalithique venait de revoir le jour.
Après obtention des autorisations nécessaires, il procéda au décapage complet de l’édifice. Les premières fouilles débutèrent dans les années 1930, pour se terminer en 1937. Ce travail fut réalisé avec beaucoup de rigueur et de professionnalisme, ce qui, à l’époque, n’était pas encore si courant…

Caractéristiques

L'allée couverte de MélusNotre « Mélus » appartient au groupe désormais bien connu des allées couvertes à entrée latérale. Cette particularité architecturale caractérise le néolithique armoricain de la moitié du IIIème millénaire avant notre ère (2.500 avant J.C.). L’analyse de l’abondant mobilier recueilli lors des campagnes de fouilles successives, ne fera que confirmer cette appartenance.

Le monument proprement dit est de forme quasi-rectangulaire, les dimensions sont imposantes : 14.50 m de long pour 1.80 m dans sa plus grande largeur. L’orientation W.NW/E.SE de son grand axe, n’est pas sans évoquer celui du solstice d’hiver déjà bien connu de nos lointains ancêtres.

Ces derniers utilisèrent le micro granit de Loguivy : roche locale d’origine éruptive, très dure et très résistante à l’érosion. Le seul site d’extraction possible étant le bord de la rivière, on imagine aisément l’énergie qu’il fallut dépenser pour les monter à pied-d’oeuvre, certaines dalles de couverture avoisinant les 4 tonnes. Seul un groupe humain suffisamment nombreux et organisé pouvait entreprendre un tel travail.

L'allée couverte de MélusL’allée fut construite à même le sol de l’époque. Les tout récents sondages de printemps 2002 l’ont confirmé. Deux rangées de blocs-support, dressés sur chant et soigneusement appareillés (11 côté entrée, 14 de l’autre) constituant les éléments soutenant les 9 lourdes dalles de couverture, dont une partiellement brisée et affaissée au centre du monument. Chaque extrémité est fermée par un bloc analogue aux supports latéraux.

Seule une entrée latérale côté sud à dimensions très réduites et surmontée d’un linteau, donne accès à cette structure couverte et fermée, qui constitue en fait une véritable chambre sépulcrale et non pas simple allée empruntée par des passants !

Une quinzaine de monuments de ce type a pu être recensée en Bretagne. Nous rappelons que Mélus est le seul témoin du Goëlo. Habituellement, un couloir d’entrée de quelques mètres, perpendiculaire à la structure principale, conduisait à la seule porte d’entrée de la chambre, son rôle étant sans doute de dissimuler et de protéger l’entrée.

Mais Mélus fait exception pas de couloir d’entrée ! Seule une petite pierre, à l’extérieur et à gauche, matérialise l’entrée.

Les bâtisseurs se seraient-ils singularisés en omettant de construire un couloir d’entrée? Il est plus vraisemblable que ce dernier, de construction moins “lourde” que la partie principale n’aurait pas résisté à l’ardeur des défricheurs modernes et aurait été détruit. La question reste posée.

Les fouilles de l’intérieur du monument mirent à jour un matériel important et intéressant. Haches polies, silex divers dont une magnifique lame de poignard en silex blond du Grand Pressigny, constituent l’essentiel de l’outillage lithique. La poterie, très diversifiée, est particulièrement originale bols à fond rond, mais surtout plats avec rares boutons de préhension retiendront notre attention. Parmi le nombre très restreint des bouteilles à collerette connues à ce jour, celle de Mélus, à fond plat et de surcroît dépourvue de bourrelets circulaires, est absolument unique en son genre. Associée aux autres bols à fond plat type “pot de fleurs”, cette bouteille à collerette caractérise le matériel céramique armoricain du Néolithique final. Ces caractères sont à tel point originaux que l’on peut désormais parler d’un style “Mélus”.

Une partie du matériel archéologique mis à jour, est actuellement entreposé au dépôt de fouilles des Côtes d’Armor à Guingamp. Le reste se trouve dans un musée de Moscou. Puissions-nous un jour le revoir.

Sans entretien depuis plus de 4500 ans, le plus grand et le plus beau Monument Mégalithique du Goëlo méritait bien que l’on se penchât à son chevet. L’affaissement de quelques piliers porteurs mettait l’édifice en péril. Après consolidation, une restauration a donc été réalisée courant 2002. Il restait à aménager le site et surtout, faciliter l’accès à ce dernier. Il fallait acquérir une bande de terrain suffisante et ce, en zone cultivée privée. Durant de longues années, la municipalité n’a pas ménagé ses efforts pour que cela soit possible.

La précision des relevés de notre ami Olivier PAGES, a grandement contribué à la qualité de la récente restauration.


 La météo de ses prochains jours

 Dimanche 20/01/2019

Eclaircies

Minimale : 4° C

Maximale : 8° C

 Lundi 21/01/2019

Ensoleillé

Minimale : 3° C

Maximale : 7° C

 Mardi 22/01/2019

Eclaircies

Minimale : 6° C

Maximale : 9° C

 Mercredi 23/01/2019

Eclaircies

Minimale : 6° C

Maximale : 8° C

 Jeudi 24/01/2019

Pluie faible

Minimale : 7° C

Maximale : 9° C

Source : prevision-meteo.ch

 Écrire un mail à la mairie de Ploubazlanec